Mamitéou ... dans le jardin

Présentation

 Mon nom de baptême est Marie-Luce. Pourtant j'entends souvent "T'es où ?"; à cela je réponds "dans le jardin" ! Depuis peu, s'est ajouté le nom de Mamie !

La nature, je suis tombée dedans toute petite, un peu comme Obélix dans sa potion magique ! Un BTS production végétale en poche, je me réoriente vers les jardins pour ne plus les quitter. Quelques 20 petites années passées dans le Jardin des Olfacties de Coëx m'ont permis d'acquérir de l'expérience : création de massifs et fleurissement, visites guidées et conseils aux visiteurs, gestion du patrimoine végétal et entretien. 
Au fil de mes lectures et au contact de mes relations professionnelles, mon besoin de protéger la nature s'est approfondi et peut se résumer dans cette phrase :
Jardiner écologiquement est indispensable pour l'avenir de la terre.

 

Posté par Mamiteou à 14:45 - Commentaires [5] - Permalien [#]


12 janvier 2021

Glu, Verquet, Blondeau, Gu, Vert de pommier, Bouchon, Gillon, Bois de la sainte croix…

philovière

-         Bonjour Mamitéou, c’est quoi tous ces noms dans le titre ?Les fruits

-          Bonjour Philovière ! Ah, zut ! J’ai oublié le plus connu : le gui ! Cette grosse touffe qui est accrochée à ta branche, Philovière !  Son nom botanique, c’est Viscum album, comme « visqueux », c’est la même racine latine. Elle fait partie, maintenant, de la famille des Santalacées. Autrefois c'était des Loranthacées.

-          Visqueux ! oui c’est vrai… Ses baies contiennent une substance visqueuse et collante.

-          Oui… Autrefois les hommes en faisaient une colle qui servait à attraper les oiseaux en en enduisant les branches. Ils l’utilisaient aussi pour empêcher les parasites de grimper dans les arbres. S’il y a des baies, il doit y avoir des fleurs avant ?

Jeunes bourgeons

-          Evidemment ! En mars-avril. Comme elles sont jaunes et discrètes, tu ne les vois pas. Certaines touffes ont des fleurs mâles et d’autres, des fleurs femelles. Heureusement qu’il y a des insectes pour transporter le pollen.

-          Et cette boule, elle ne te gêne pas ?

-          Elle ne me parasite pas complètement puisqu’elle est verte et donc elle fait sa propre photosynthèse. Elle n’a pas de racines mais des suçoirs qui pénètrent dans mon bois. Je lui fournis la sève brute. Et elle, en échange, peut m’apporter d’autres éléments. Si je perds mes feuilles trop tôt, elle prend un peu le relais. On s’entraide !  … ou pas ! Quelquefois il abuse dans l’autre sens et devient un vrai parasite.

-          Mais, Philovière, comment fait-elle pour te pousser dessus ?

Point d'insertion de la boule de gui

-          Les coupables, ce sont les oiseaux ! Certains récupèrent des graines gluantes sur leurs pattes ou leurs plumes et vont les perdre plus loin. D’ailleurs les baies sont mûres  en hiver quand la carte de menu de la nature est pauvre. D’autres, les grives notamment,  se régalent des baies et rejettent les graines dans leurs excréments. Quand celles-ci tombent sur la branche appropriée, elles germent et les suçoirs s’insèrent profondément dans le bois pour y puiser la sève brute. Heureusement, il y a aussi des oiseaux qui détruisent ses graines en les consommant. Ça permet de réguler la population des boules de gui !

-          Et quand tu parles de branche appropriée, c’est vrai ! Le gui ne pousse pas sur tous les arbres. Il vit sur les peupliers, pommiers, tilleuls, sorbiers, alisiers, saules, robiniers, bouleaux, noyers, aubépines…  Il  pousse plus rarement sur les poiriers, cerisiers, noisetiers, charmes et châtaigniers. On le rencontre aussi sur le pin et le sapin. Dans ce cas, ce n’est pas tout à fait la même espèce de gui.

Un peuplier bien chargé !

-          Mamitéou, le gui pousse aussi sur le chêne, mais c’est rare. Les druides le vénéraient. Il pensait que celui-ci avait pris certaines propriétés médicinales de son hôte, symbole de force et de longévité.

-          Autrefois, le gui lui-même était considéré comme une plante qui guérissait tous les maux. D’ailleurs des chercheurs s’y sont intéressés récemment. Il est anti-spasmodique, anti-tuméral, anti-scléreux,  immuno-stimulant… Mais sais-tu, Philovière qu’il est aussi toxique !

-          Ah !... pas pour les oiseaux alors !

-          Non, bien sûr… Mais pour les humains, il semblerait qu’une ingestion de quelques-unes de ses baies provoque une purge rapide par vomissement. Ce phénomène éviterait de terminer le festin prévu et limiterait ainsi les empoisonnements graves avec des problèmes cardiovasculaires et neurologiques !

Une boule de gui

-          Et pour les autres animaux ?

-          Ils sont peu tentés d’en consommer. La toxicité n’est pas très forte. J’ai lu quelque part, qu’autrefois en période de disette, les paysans s’en servaient comme fourrage pour leurs bêtes.

-          Mamitéou, fais attention à tes décorations  pour les fêtes de fin d’année ! Evite de tenter les gourmands petits et grands ! Et n’oublie pas la coutume : s’embrasser sous le gui à minuit !

-          « Au gui, l’an neuf »… Maintenant on dit « bonne année »… et si tu veux en savoir plus, j'ai trouvé 2 articles sur le gui. Je te donne les liens ! Ah j'oubliais tu ne sais pas lire... tant pis ! Je donne quand même : le gui, une jolie plante parasite et le gui, une plante qui guérit tout.

Posté par Mamiteou à 17:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

01 janvier 2021

Boulabisous, Boulabonheur et Boulacalins

boulacalin bisous & bonheur

Cette année, j'ai convié les Boulopoils à ma séance de vœux. Même si on ne les voit pas, ils sont partout comme des petits lutins.

Ils vous offrent bonheur, bisous et câlins ! 

Posté par Mamiteou à 20:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 août 2020

Un chardon très convoité

Dans le jardin de Lou, sur un panicaut champêtre,  il y a une guêpe des buissons,

guêpe des buissons

 des sphex gryllivores (Sphex funerarius),

Sphex funerarius (4)Sphex funerarius (8)

Sphex funerarius (5) 

des Oxybelus uniglumis, espèce de guêpe à tête carrée. Je ne leur ai pas  trouvé de nom vernaculaire...

Oxybelus uniglumis (1)Oxybelus uniglumis (2)

Oxybelus uniglumis (4)Oxybelus uniglumis (6)

... et des mégachiles.

Megachile (7)Megachile (8)

Megachile (9)Megachile (14)

Megachile (10) 

Tout le monde butine, s'active, se supporte... Il y a à manger pour tous ! 

Posté par Mamiteou à 20:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30 juillet 2020

Cactudi aime la sécheresse

Toobell et Cactudi

- Bonjour Cactudi !

- Bonjour Toobell ! J'dis qu' t'as l'air d'avoir soif !

- J'suis desséchée ! Comment fais-tu pour être aussi bien avec cette chaleur ?

- J'dis qu'mon corps s'est adapté au manque d'eau. A la place des feuilles, j'ai des épines. J'ai aussi un épiderme côtelé qui s'accentue en période sèche. Cela m'évite d'exposer la surface de mon corps perpendiculairement au soleil. Tu n'as pas compris ? Eh bien regarde ce dessin !

Coupe trasversale de cactus

- Ah oui ! Et tu es une plante grasse ?

- Grasse ! J'dis que je gonfle s'il pleut et je maigris quand l'eau manque ! Je stocke l'eau dans mes tissus. Mon épiderme côtelé travaille un peu comme un accordéon. 

-Tu as d'autres trucs comme ça ?

- Oui, j'dis que j'ferme mes stomates le jour quand il fait sec pour limiter l'évaporation. Je trafique un peu pour la photosynthèse et la respiration ! J'ai des copains tout poilus. Ils sont couverts de poils assez longs blancs qui réfléchissent la chaleur.

- Mais toutes les plantes grasses ne te ressemblent pas ?

- J'dis qu'on nous appelle aussi succulentes ! Mais toutes les succulentes ne sont pas des Cactées. Certaines euphorbes ont des airs de cactus. Et beaucoup de succulentes n'ont pas d'épines ! 

- Merci Cactudi ! Bonjour à tes copains !

Et des copains, Cactudi en a plein ! Et certains ont soif !  Mais la nature a, là aussi, bien fait les choses. Les rosettes se ferment sur elles-mêmes pour se protéger.

cactus et Cie (5)cactus et Cie (6)cactus et Cie (7)

cactus et Cie (2)cactus et Cie (3)cactus et Cie (4)

Posté par Mamiteou à 21:29 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,


19 juillet 2020

Une araignée à rayures

l'épeire frelon (2)

Rencontrée dans un massif d'arbustes en plein été, elle monte la garde au milieu de sa toile, la tête en bas ! Elle vous montre son dos sur les photos ! Le massif était inaccessible pour que je puisse faire une photo de l'autre côté.

l'épeire frelon (1) 

 

Cette belle épeire fasciée porte aussi le nom d'argiope frelon. Elle mesure de 15 à 25 mm. Le mâle est plus petit et moins coloré. Grâce à sa taille, elle peut s'attaquer à des proies conséquentes comme des sauterelles, des guêpes, des abeilles, des libellules, des mouches...

Elle tisse une toile circulaire d'une trentaine de centimètres avec un motif en forme de zig-zag appelé savamment  stabilimentum. Les savants ont d'ailleurs plusieurs hypothèses pour expliquer son utilité : stabiliser la toile, la rendre plus visible, attirer les insectes dans le piège de la toile...

l'épeire frelon (3)

L'accouplement se termine souvent très mal pour le mâle ! Au mieux, il réussit à se sauver en laissant une partie de son anatomie. Au pire, il est dévoré par sa belle ! Les oeufs très nombreux, sont déposés dans un cocon de soie brune de 2 à 3 cm. Celui-ci est accroché à la végétation pas très loin du sol en fin d'été.

 

Posté par Mamiteou à 16:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

08 juillet 2020

Petite biche ou grande biche

Promenade d'Oppla avec ma petite-fille

Hier soir, alors que je promenais Oppla, j'ai fait une rencontre, suffisamment rare pour que je fasse quelques photos !lucane (4)

Ce coléoptère traversait tranquillement une allée. Sa taille m'a interpellée, environ 3 cm. Je n'en vois pas souvent.

Petite biche ou grande biche ? Les deux se ressemblent. Le lucane cerf-volant (Lucanus cervus) est le plus gros de nos coléoptères : il peut mesurer jusqu'à 9 cm et c'est un mâle. Sa femelle c'est la "grande biche". Elle est un peu plus petite. Mais elle ressemble à une autre espèce de coléoptère, le daucus (Daucus parallelipipedus) aussi appelé "petite biche". Chez le daucus, il y a peu de différence entre le mâle et la femelle. Ne sachant pas tout cela au moment de ma rencontre, je n'ai que quelques photos prises avec mon téléphone pour savoir de quel coléoptère il s'agit ! Et je n'arrive pas à le définir de façon certaine.

 Mais d'où venait-il, ce coléoptère ? Probablement de l'espace boisé voisin. Les deux espèces vivent dans les forêts, les parcs, les haies bocagères... Les larves ont besoin de bois mort ou en putréfaction pour se développer.

Cet insecte n'est pas agressif envers l'homme. Mais si vous devez le manipuler, faites attention à ses pinces car elles pincent fort. Le cerf-volant s'en sert pour évincer les concurrents amoureux. Les bagarres sont rudes et il s'ensuit des carapaces perforées.  Mais ce soir-là cette dame, si dame il y a, n'était pas courtisée ! Pas de vols de mâles en mal d'amour !

lucane (1)lucane (3) 

Posté par Mamiteou à 20:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 juin 2020

Une chenille en balade

Il a plu ! Elle s'est cachée  entre les 2 lattes de bois.

Bombyx du chêne (1)

Elle a besoin de chaleur. Par chance, le soleil arrive.

Elle fait 2 fois le tour du fauteuil et ne trouve pas la descente !

Bombyx du chêne (2) Bombyx du chêne (3)

Alors elle se cache à nouveau. La pluie revient !

Le lendemain, elle réessaie. 

Je ne l'ai pas revue. Elle a dû réussir.

 

Mais quel est le papillon qui va apparaître après la nymphose de cette grande chenille ?

Après quelques recherches, il semblerait que ce soit une chenille de bombyx du chêne. On l'appelle aussi minime à bandes jaunes.

Et c'est en ce moment qu'elle doit se transformer en chrysalide. Le papillon vole jusqu'en septembre. Le mâle est actif dès l'après-midi attiré par les phéromones émises par la femelle. Celle-ci volera surtout la nuit, après l'accouplement. 

Une chenille naîtra en septembre, mais restera petite pour passer l'hiver. Son appétit reviendra au printemps pendant lequel elle se nourrira de feuilles de divers arbres et arbustes de nos jardins et forêts. Une seule génération aura lieu pendant l'été.

la femellele mâle

Posté par Mamiteou à 17:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 mai 2020

Purin d'ortie & compagnie

Les plantes au secours des plantes ! Ecrit par Bernard Bertrand, Jean-Paul Collaert et Eric Petiot.Purin d'ortie & compagnie

Des infos pour réaliser vos extraits fermentés de végétaux, comment les utiliser... ce livre permet de soigner son jardin naturellement. Des spécialistes témoignent et livrent leurs secrets et tours de main.

 

 

Posté par Mamiteou à 22:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Sauvé des eaux !

Attiré par l'eau, il a sauté dans ma piscine à plantes, grande bassine en fonte qui me sert à baigner mes plantes en pot. Prisonnier, il ne pouvait sortir tout seul. Il faudrait toujours mettre une planche "de salut" dans toute réserve d'eau !

Crapaud (1) Crapaud (2)

Crapaud (3) Crapaud (4)

Posté par Mamiteou à 21:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :